L'AVF sur facebook Le Jeudi Veggie Alternatives Végétariennes:La revue de lAVF L'AVF sur vos pages ! Abonnez-vous à la newsletter de l'AVF Faire un don  / Adhérer Signez la pétition pour des repas végétariens dans les collectivités Guide du végétarien débutant

Le Blog de l'AVF

Posts Tagged ‘produits laitiers’

|

La vie d'un veau… et de sa mère…

Samedi, juin 20th, 2009

Le tout petit veau est arraché à sa mère quelques jours seulement après sa naissance pour que les humains puissent consommer le lait qui lui était destiné. Comme toutes les femelles mammifères, si la vache n’a pas de veau elle ne produit pas de lait. La séparation affective est évidemment ressentie douloureusement par les deux et leur détresse dure plusieurs jours.

Le veau séparé de sa mère est ensuite enfermé dans la pénombre, enchaîné dans un boxe exigu dans lequel il ne peut même pas se retourner, sur des lattes en bois, sans paille. 100 jours plus tard pour lui c’est déjà la fin. Il arrive à peine à marcher… pour aller à l’abattoir. Il n’aura connu ni la lumière du soleil, ni la prairie, ni la joie de gambader, ni compagnons de jeux. Sa viande, obtenue très blanche par l’immobilité, la pénombre, et par une nourriture essentiellement à base de lait, est destinée à la consommation humaine. Son cuir sera utilisé en peausserie pour fournir un cuir fin, en ganterie ou bagagerie par exemple.

Les plus faibles de ses congénères auront été abattus dès leur naissance pour extraire la présure appelée "caillette" contenue dans leur estomac. La présure est utilisée dans la fabrication de presque tous les fromages. Leur viande sera utilisée pour la fabrication d’aliments pour animaux.

Les veaux femelles sélectionnés pour la production laitière, connaitront le même parcours que leur mère, soit trois années d’exploitation intensive, de gestations obligatoires et ininterrompues, le plus souvent par insémination artificielle, pour fournir un maximum de lait.

Les génisses, jeunes vaches, finiront plus tôt à l’abattoir pour y fournir leur viande et le "célèbre" foie de génisse.

Un très petit nombre de veaux mâles seront sélectionnés pour être taureaux reproducteurs auxquels on soutirera artificiellement la semence.
Les autres veaux destinés à fournir la viande de boeuf premier choix seront castrés, devenant ainsi des boeufs ou des "broutards". Certains d’entre eux auront le rare privilège de connaitre les pâturages durant quelques années. Ce sont ces troupeaux de "privilégiés" que l’on peut encore voir dans les prairies à la campagne.

Ne nous leurrons pas, de plus en plus rares sont les exploitations fermières respectueuses du bien-être de leurs animaux et dont les fermiers mènent encore leurs vaches laitières en pâturage. Ces petites exploitations laitières, nécessitant une présence constante et un travail très contraignant, n’étant de surcroît pas très rentables, finissent par disparaître les unes après les autres.

La plupart du temps en enclos sous les hangars des grandes fermes industrielles, gavée d’antibiotiques et autres drogues, ainsi que de suppléments nutritionnels, la vache laitière, véritable "usine à lait", ne connaitra guère plus que son veau les joyeuses gambades en prairie et le soleil. Elle sera contrainte à produire du lait, encore et encore, jusqu’à 6000 litres par an. Les mamelles hypertrophiées, lorsqu’elles sont pleines de lait peuvent peser jusqu’à 50 kgs. Ceci engendre souvent des mammites douloureuses, compliquées parfois de kystes purulents (avec apparition de pus dans le lait) qu’il faut traiter à coup d’antibiotiques.

Ainsi, après 3 années d’emprisonnement et de souffrances, alors que son espèrance de vie est d’environ 20 ans, elle aussi sera envoyée à l’abattoir pour finir comme "viande de boeuf".

Ayons une petite pensée pour eux lorsque dans un magasin nous abordons les rayons viande, lait, beurre, crème fraiche, les 365 fromages, les innombrables yaourts, les boissons au lait, les desserts lactés "délicieux", les "exquises" glaces …

SOJA – REPONSE À QUE-CHOISIR

Samedi, juin 20th, 2009

Hervé Berbille
14, rue neuve
33000 Bordeaux

Mme Fabienne Maleysson
Que Choisir
233 bd Voltaire
75011 Paris

A Bordeaux, le 15 janvier 2007

 

Copie : M. Alain Bazot
Objet : votre article « Du soja et des dégâts »

 

Madame,

Suite à l’article que vous avez publié (« Du soja et des dégâts ») paru dans le n° 441 de Que Choisir (octobre 2006), je vous prie de trouver ci-après quelques questions et remarques auxquelles je vous serai très reconnaissant et très obligé de bien vouloir répondre.

►1) Après avoir lu attentivement votre article, je n’ai trouvé aucune étude attestant d’un quelconque effet délétère chez l’homme, nourrissons compris. Aussi pourriez-vous me faire parvenir les références d’une ou plusieurs études scientifiques attestant de tels effets chez l’homme ?

►2) Vous indiquez que « les isoflavones pures (…) à partir de 73 g/jour (…) favorisent l’inflammation des vaisseaux sanguins ». J’attire au préalable votre attention sur le fait que cette quantité est considérable. Sachant qu’une gélule de traitement de la ménopause type Phyto-Soja© contient 35 mg d’isoflavones, il faudrait avaler 2085 gélules/jour pour obtenir cet effet inflammatoire. De même, en se basant sur vos propres mesures, il faudrait consommer plus de 128 kg de steaks de soja Gerblé© et plus d’une tonne de « yaourts » Sojasun© nature. Par ailleurs, comme vous indiquez que 200 g de tofu par jour correspondent à une « grande quantité », alors que penser de plus d’une tonne de soja par jour ?

Notez qu’à cette « dose » (plus d’une tonne/jour…), n’importe quel aliment, même l’eau potable, serait  tout simplement  mortel. Vous titriez pourtant en avril 2000, « Soja, l’important c’est la dose » : en l’espèce, on ne saurait mieux dire…

►3) Vous indiquez, je cite, que « l’engouement (pour le soja) repose sur des considérations peu rationnelles » : en quoi faut-il que les choix alimentaires soient dictés par des considérations « rationnelles » ? Pour des motifs religieux, par définition irrationnels, certaines personnes refusent de consommer du porc ou de la viande certain jour de la semaine : cela vous paraît-il également irrecevable ? Dans ces conditions, pourquoi les amateurs de soja devraient-ils se prévaloir d’un acte « rationnel » ? Par ailleurs, les bénéfices santé du soja sont reconnus officiellement en Malaisie, au Japon et aux Etats-Unis (au même titre que les fibres d’orge, les huiles d’olive et de colza par exemple : inutile donc d’invoquer le « lobby du soja »). Ce choix n’est donc peut-être pas aussi « irrationnel » que vous l’indiquez quand on sait par ailleurs que les maladies cardio-vasculaires constituent la première cause de mortalité en France.

De même, rappeler comme vous le faites la forte progression de la production mondiale du soja ne plaide pas en faveur de votre thèse car elle traduit au contraire la forte progression de la consommation…de viande puisque 90% du soja produit dans le monde est utilisé (gaspillé ?) pour l’alimentation animale (source : Arômes Ingrédients Additifs, Avril-Mai 2005, page 20). En outre, cette part accrue des protéines animales dans l’alimentation mondiale constitue un véritable désastre environnemental, je cite le rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), « un des premiers responsables des problèmes d’environnement »,soitune menace autrement plus sérieuse pour les générations futures que les très spéculatifs effets des isoflavones de soja (source : Le Monde, 05.12.06). En admettant qu’il y existe un lobby du soja, il devrait se frotter les mains quand on consomme de la viande et du lait de vache, car la consommation animale rapporte beaucoup plus aux producteurs de soja que la consommation humaine.

►4) Vous volez au secours de la viande et des produits laitiers en dénonçant les « rumeurs persistantes accusant les produits laitiers de tous les maux ». Je remarque au préalable que vous reprenez à quelque chose près les termes de l’organisme chargé de la promotion des produits laitiers (Cidilait), je cite : « selon certaines rumeurs, le lait serait responsable d’au moins 60 à 70% des troubles rencontrés en médecine générale ». Pourtant, des études scientifiques publiées dans des revues faisant autorité (1 ;2) mentionnent bel et bien un risque accru (+ 60%) de cancers ovariens chez les femmes consommant des produits laitiers, et ce pour de faibles doses (deux verres de lait par jour). Plus intéressant encore, cette étude cosignée par Serge Hercberg (3), qui indique un risque accru de cancers prostatiques, toujours lié à la consommation de produits laitiers et à des doses également faibles (un yaourt). Ce même Serge Hercberg préconise par ailleurs via le Plan National Nutrition Santé de consommer 3 laitages par jour : ne discernez-vous pas là une incohérence ?

Et que dire lorsque vous vous répandez en louanges (in Que Choisir, janvier 2006) à propos des yaourts : à quels « effets bénéfiques » documentés faites-vous allusion ? Sachez qu’il existe des aliments à base de soja (Sojasun©, Senja©, etc.) apportant également des probiotiques, dont des lactobacilles, tout en protégeant des cancers prostatiques (4) quant à eux : pourquoi cela n’est-il pas rappelé dans votre article ?

D’autre part, chez les nourrissons, de nombreuses études, dont certaines publiées dans le très prestigieux Lancet établissent un lien entre exposition au lait de vache et le diabète de type 1 (Insulino-dépendant). D’autres études (5 ;6), dont une publiée dans l’une des revues les plus cotées en neurosciences (Neurology) établissent un lien entre consommation de produits laitiers et un risque accru de la maladie de Parkinson. De son coté, le Pr. Walter Willet, Université de Harvard, considérée cette année encore comme la meilleure université du monde (classification de l’université Jiatong à Shanghaï), déclare : « En l’état des connaissances, il nous paraît irresponsable de faire la promotion des laitages comme on le fait dans de nombreux pays. ».

Enfin, le Centre international de Recherche sur le Cancer (OMS) a pris officiellement position (Communiqué de Presse, N° 165, OMS, 15 juin 2005) en indiquant, je cite, que l’on constate « une augmentation de 35% du risque de cancer colorectal chez les individus qui consomment les quantités les plus élevées de viande rouge et de préparations carnées, par rapport aux sujets en consommant le moins ». Même C. Bennetau reconnaît, je cite, les « facteurs cancérigènes de la viande », sans le moindre conditionnel (rapport CSHPF, 1996, p. 97).

Considérez-vous que le Lancet, l’American Journal of Clinical Nutrition, Neurology, l’OMS, l’Université de Harvard et le Pr. Willet, voire C. Bennetau, soient des colporteurs de rumeurs ou bien que leurs mises en garde devraient être prises en considération et portées à la connaissance du grand public, à commencer par une revue défendant les consommateurs ?

►5) Vous écrivez que « comparaison n’est pas raison » au sujet des effets bénéfiques du soja observés chez les Asiatiques et extrapolés chez les Occidentaux. Pourtant, tout votre argumentaire consiste à dire que les isoflavones de soja sont dangereuses chez l’homme à partir d’extrapolations portant sur les effets du trèfle chez des brebis, où l’on constate quelques effets, attribués de surcroît à d’autres composés, (coumestanes), mais aucun réellement dangereux soit dit en passant.

De plus, j’attire votre attention sur le fait que l’essentiel du soja (90%) est utilisé pour l’alimentation animale depuis plusieurs décennies, je vous cite d’ailleurs à ce sujet (in Que Choisir, avril 2000) « Bovins, porcs, poulets, poissons en ont (du soja) aujourd’hui (en fait l’utilisation du soja en l’alimentation animale remonte bien avant avril 2000 !) au menu ». Or, à l’exception de quelques effets sur des poissons carnivores (truites et esturgeons, qui ne sont pas dans la nature de gros consommateurs de soja…), aucun effet négatif n’a été rapporté sur les autres animaux (vous avez d’ailleurs oublié les chevaux chez qui le soja n’a aucun effet) comme vous n’auriez probablement pas manqué de le souligner, ni en 2000, ni 6 ans plus tard, ce qu’atteste notamment la demande toujours plus forte pour le soja destiné à l’alimentation animale (à ce sujet, le forte progression des tonnages en soja que vous citez indique une forte progression de la consommation…de viande !).

Aussi, puisque vous préférez vous baser sur des extrapolations animal/homme plutôt que de prendre en compte les effets constatés chez les Asiatiques depuis des millénaires (que je considère infiniment plus proches de l’Homme occidental que les brebis…), pourquoi alors ne prenez-vous pas en considération le cas de ces animaux nourris massivement et sur plusieurs générations avec du soja, et non pas ceux nourris avec du trèfle ou de la luzerne, comme cela serait, me semble-t-il, plus logique ? De même, le soja est largement utilisé dans les aliments pour animaux de compagnie (chiens), sans que ceux-ci s’en portent plus mal (7).

Enfin, les conclusions d’une récente étude publiée dans le très sérieux British Medical Journal (Perel P : “Comparison of treatment effects between animal experiments and clinical trials : systematic review.” BMJ, doi:10.1136/bmj.39048.407928.BE) devraient vous inciter à vous défier des extrapolations et comparaisons homme/animal, je cite : « Les auteurs concluent que les discordances entre les essais chez l’Homme et les modèles animaux au fait que les modèles animaux ne reproduisent pas de façon adéquate la pathologie humaine. Ces discordances peuvent avoir une grande importance dans le développement de nouveaux médicaments ou de nouvelles techniques. C’est ainsi qu’on ne retrouve pas forcément en passant chez l’homme les résultats obtenus en pharmacologie animale, ce qui conduit à l’abandon de développements très coûteux. La mise au point de modèles animaux qui soient le reflet de la pathologie humaine est donc primordiale et les communications entre les chercheurs et les cliniciens doivent être améliorées. »

►6) Vous écrivez que le soja est « un produit à la mode dont on ne connaît pas grand-chose ». Pourtant, d’une part, en Asie où cette « mode » alimentaire remonte environ à 5.000 avant JC, le soja constitue depuis toujours la base alimentaire des Asiatiques, y compris pour plus de 80% des enfants de moins de 18 mois, (8 ;9) ce qui contredit votre assertion selon laquelle les nourrissons asiatiques sont nourris avec des préparations à base de lait de vache : à ce sujet, merci de me communiquer l’étude sur laquelle vous vous appuyez.

D’autre part, la consultation de la base de données utilisée par l’Afssa pour son rapport produit très exactement 33 935 études scientifiques aux mots clé « soy OR soybean OR isoflavones OR phyto-oestrogen ». D’où ma question : à partir de combien d’années, voire de millénaires, et d’études scientifiques considèrerez-vous que l’on pourra statuer sur l’innocuité du soja ?

►7) Vous écrivez que les laits infantiles à base de soja (PPS) représentent 2,1% du marché. J’en déduis donc que les laits infantiles à base de lait de vache (PLV) représentent les 97,9% restants, soit l’écrasante majorité. D’autre part, le lait de vache contient, je cite J.M. Besle (Unité de Recherches sur les herbivores, INRA Site de Theix), « des isoflavones (…) sous une forme (= équol) qui pourrait être plus active que dans la plante d’origine » et par ailleurs, le lait de vache contient naturellement différentes hormones, dont des (véritables) oestrogènes « en grande quantité » et par définition 2.000 fois plus puissants que les « phyto-oestrogènes », de l’IGF-1 une hormone de croissance considérée comme dopante par le Comité International Olympique et également impliquée dans les processus de cancérisation (10), de la leptine, impliquée dans le déclenchement des pubertés précoces, mais également des corticoïdes, de l’ocytocine (également cancérogène), etc.

De plus, chez les nourrissons nourris aux laits infantiles à base de lait de vache, on retrouve de plus grandes quantités d’équol plasmatiques que chez les nourrissons nourris au lait infantile à base de soja (11). De plus, on ne trouve pas de forme actives (aglycones) d’isoflavones dans le plasma des nourrissons nourris aux PPS (12), à l’inverse des enfants nourris aux PLV.

Si comme vous le laissez entendre, les phyto-oestrogènes sont « néfastes » et « pervers », ne serait-il pas alors plus judicieux de votre part de proclamer « pas de lait de vache dans le biberon » et de se préoccuper davantage des quantités réellement absorbées plutôt que des quantités ingérées ? De plus, le lait humain (13) contient naturellement des phyto-oestrogènes : allez-vous saisir la DGCCRF afin que les femmes allaitantes soient également soumises à une déclaration obligatoire des teneurs en phyto-oestrogènes de leur lait ?

►8) Ne voyez-vous pas une incompatibilité à dénoncer dans le même élan le « lobby du soja » ce qui, selon C. Bennetau, conduit à « gonfler les effets bénéfiques » du soja (in Que Choisir, avril 2000) et à interviewer cette même Catherine Bennetau, qui a fait financer ses travaux respectivement par deux entreprises agroalimentaires qui fabriquent des produits à base de soja (dont Arkopharma©) et mène une autre étude avec Danone© (14) ?

Pour l’anecdote, en avril 2000, toujours dans votre propre revue, C. Bennetau se présentait en victime du « lobby du soja », je cite : « lorsque l’on souhaite travailler sur les effets pervers du soja, il est quasiment impossible de trouver des crédits ». En ce qui concerne les « troublantes incertitudes » de C. Bennetau sur le soja, celles-ci renvoient à l’étude effectuée par le Dr Brian Strom (15). Pourtant, les conclusions de cette étude sont les suivantes, je cite : « la consommation de préparations pour nourrissons à base de soja n’a pas de conséquences sur la santé ni sur la reproduction ». Aussi, interrogé au sujet de l’interprétation faite par C. Bennetau de son étude, il n’est guère étonnant que B. Strom déclare, je cite à nouveau : « Le Pr. Bennetau n’a pas compris nos résultats » et ajoute « Rien ne nous permet de déconseiller l’utilisation de préparations de soja chez les enfants » (interview complète disponible sur www.lanutrition.fr).

Le fait que C. Bennetau se permette, volontairement ou pas, une telle contrevérité ne devrait-il pas vous « inciter à la prudence », non pas tant vis-à-vis du soja, mais plutôt vis-à-vis de ses déclarations ? Ce d’autant plus que pour C. Bennetau « on aurait dû recueillir des données plus précises comme la concentration du liquide séminal en spermatozoïdes ». Or, de telles études ont été menées et concluent à une absence d’effet sur ce marqueur biologique précis (16), ni d’ailleurs sur les taux de testostérone. Toujours à partir d’extrapolations animal/homme, C. Bennetau laisse entendre que le soja peut « induire des perturbations du système reproducteur ». Mais, là encore, ni chez le nourrissons (17), ni chez  l’adulte (18), de tels effets ont été observés, et ce pour les deux sexes.

Autre troublante omission relevée : C. Bennetau semble ignorer, ou ne vous relate pas, que lors la grossesse le fœtus synthétise des protéines particulières (alpha-foetoprotéines) destinées à le protéger…des oestrogènes maternels, et qui agissent également sur les isoflavones de sorte que, même si ces dernières présentaient un quelconque danger, elles ne pourraient de toute façon agir sur le fœtus. Et comme il fallait s’y attendre, cette récente étude (19) publiée par le National Cancer Institute américain (difficile de passer à coté pourtant, surtout quand comme C. Bennetau on se présente comme une « spécialiste mondiale de phyto-oestrogènes ») qui indique que consommer du soja dans l’enfance réduit de 58% le risque de survenue ultérieure de cancer du sein.

►9) Sur la base de vos propres mesures, 200 g de tofu, quantité selon vous à partir de laquelle s’observe « un effet bénéfique léger sur le cholestérol », apportent plus de 115 mg d’isoflavones. Par conséquent, il est impossible d’atteindre l’effet bénéfique sans « exploser » le plafond de votre propre « dose d’isoflavones à ne pas dépasser ». Aussi, comment expliquez-vous que 200 g de tofu produisent en même temps « un effet bénéfique léger sur le cholestérol (sanguin) » tout en favorisant des « effets néfastes pour les vaisseaux sanguins » ?

►10) Vous écrivez que les PPS dépassent la dose limite fixée à 1 µg/l pour les substances oestrogéniques. Or, sur la base d’analyses effectuées sur le lait de vache par le Laboratoire d’Etude des Résidus et Contaminants dans les Aliments (Ecole Vétérinaire de Nantes) (publiées dans Food Chemistry, 87, (2004) 275-281), les teneurs en phyto-oestrogènes atteignent jusqu’à 400 µg/l (moyenne 120 µg/l), auxquels il faut encore ajouter les oestrogènes et les différents Polluants Organiques Persistants (dioxines, PCBs, phtalates, etc.) qui se concentrent dans le lait et qui exercent un pouvoir oestrogénique autrement plus puissant que les phyto-oestrogènes.

J’attire à nouveau votre attention sur le fait que parmi les phyto-oestrogènes accumulés dans le lait de vache, on trouve une prépondérance d’équol, un phyto-oestrogène environ 10 fois plus oestrogénique que les isoflavones natives : comme vous dites, « les chiffres parlent d’eux-mêmes ». Aussi, allez-vous également saisir la DGCCRF pour interdire les préparations pour nourrissons à base de lait de vache, sachant que ces préparations contiennent plus de 50% de lait, alors que celles à base de soja contiennent seulement 14% de protéines de soja purifiées (isolat) ?

Tant que vous y êtes, réclamez également l’interdiction des farines infantiles car les céréales peuvent contenir jusqu’à 7640 µg/kg de phyto-oestrogènes (lignanes). Reste que si votre demande aboutissait, elle conduirait mécaniquement à une interdiction des PLV (laits infantiles à base de lait de vache) pour les mêmes raisons, à savoir un « excès » de PO, et comme seules les PLV et les PPS (laits infantiles à base de soja) sont autorisées, avec quoi va-t-on nourrir les enfants qui ne sont pas allaités au sein ?

Et encore, dans ce dernier cas, cela sera possible sous réserve que le lait maternel ne contienne pas de PO, auquel cas il faudra interdire aux femmes allaitantes de s’abstenir de consommer des fruits et de légumes…et surtout des produits laitiers ! Je suis impatient de connaître la suite que donnera la DGCCRF à votre saisine.

►11) Toujours au sujet des hormones et phyto-oestrogènes présents ailleurs que dans le soja, en avril 2000 vous posiez la question de savoir « si les phyto-oestrogènes qu’ils (les animaux d’élevage) ingèrent se retrouvent (…) dans nos aliments ». En ce qui concerne les produits laitiers, je vous réponds donc sans l’ombre d’un doute que tel est bien le cas. Mais dès lors, quelle(s) conclusion(s) en tirez-vous et quelles actions comptez-vous mener ? Suggérerez-vous d’étiqueter les teneurs en phyto-oestrogènes (PO) dans les produits laitiers comme vous l’exigez pour le soja, et seulement pour le soja ? Au demeurant, cela serait très pertinent car si le PNNS ne recommande pas de consommer du soja, en revanche, il incite fortement à la consommation de produits laitiers à raison d’un minimum de 3 par jour.

Vous écrivez « Evitez aussi de les (steaks de soja) cumuler avec d’autres sources d’isoflavones ». Mais précisément, comment suivre un tel conseil si les consommateurs ne connaissent pas, d’une part les sources alimentaires d’isoflavones et, d’autre part, leur teneur ? Là encore, vous incitez implicitement à une extension de l’étiquetage des PO à l’ensemble des aliments. A ce sujet, je doute fort que l’industrie laitière, entre autres, goûte la plaisanterie, quand on sait qu’elle est récemment parvenue à faire enterrer le projet d’étiquetage des acides gras trans (cf. Revue Laitière Française, juin 2005, p. 6), molécules pourtant unanimement reconnues comme athérogènes et pro-oxydantes.

Les acides gras trans, un autre sujet sur lequel « tout le monde s’assoit dessus », les associations de consommateurs comprises, alors qu’ils ne peuvent certainement pas se prévaloir, c’est le moins qu’on puisse dire, d’ « un effet bénéfique sur le cholestérol », fut-il « léger »…

Dans le même ordre d’idée, les programmes de recherche européens Eden et Credo (12 mai 2005, Prague) tirent eux aussi le signal d’alarme au sujet de l’eau du robinet, que je n’ose appeler « potable », en dénonçant je cite « les milliers de substances hormonales » qu’elle contient (pesticides, détergents, médicaments, etc. NB : le soja n’est pas mentionné). Là encore, les deux multinationales qui détiennent le monopole de la distribution de l’eau en France vont sûrement soutenir avec enthousiasme votre saisine auprès de la DGCCRF. Bien que ne disposant pas de chiffres précis, je suis absolument certain qu’en France on consomme autrement plus d’eau que de « lait » de soja.

Vous remarquerez à ce sujet que les PPS étant reconstituées avec environ 1 dose de poudre pour 10 doses d’eau, si des effets hormonaux sont un jour constatés chez les nourrissons, il y a de fortes chances qu’ils soient attribuables…à l’eau !

D’ailleurs, dans son rapport (rapport CSHPF, 1996, p. 101), même C. Bennetau indiquait qu’« il me paraît souhaitable de mettre en place des contrôles sur les matières premières susceptibles d’apporter des phyto-oestrogènes » et de citer notamment, outre le soja bien entendu, « les produits carnés et laitiers » : qu’en est-il de cette louable intention 10 ans plus tard ?

Plus généralement, pourquoi ne vous intéressez-vous pas aux (véritables) composants hormonaux (dont le oestradiol 17 bêta, le plus puissant oestrogène naturel connu) contenus dans le lait de vache, et pourquoi pas dans l’eau, pourtant infiniment plus consommés que le soja ?

►12) Véronique Coxam indique que les isoflavones ne donnent pas de résultats probants dans la prévention de l’ostéoporose. Dont acte. Mais je suis néanmoins très surpris par cette déclaration car la même V. Coxam écrivait récemment (2003) « Les phyto-oestrogènes méritent une mention spéciale (je cite…) parce que des données émergentes indiquent (…) qu’ils peuvent empêcher la perte osseuse » (20).

Au sujet des effets hypocholestérolémiants du soja, elle s’enflamme littéralement en déclarant « c’est désormais un fait scientifique reconnu ! » (in Consom’Action 2004, N°24, page 7). Et enfin, V. Coxam rappelle dans le propos liminaire d’une de ses publications que « les phyto-oestrogènes sont des composés naturels avec des effets anticancéreux » (« Phytoestrogens are natural compounds with anticancer effects ») (21).

Quand on sait que les maladies cardio-vasculaires et les cancers constituent en France les deux premières causes de mortalité, pourquoi ces informations ne sont-elles pas portées à la connaissance de vos lecteurs ? Vous noterez que ces propriétés anti-cancéreuses du soja, pour prendre cet exemple, ne sont pas attribuables au « lobby du soja » (ni au seul soja, citons des aliments aussi courants que les crucifères, les pommes, les tomates, les fraises, etc.) mais à V. Coxam elle-même pour qui, visiblement, les connaissances sur le sujet ne sont pas « insuffisantes ».

Pour votre information, la FDA envisage d’étendre l’allégation portant sur les effets préventifs du soja contre les maladies cardio-vasculaires à la prévention des cancers. Enfin, un peptide extrait du soja (Lunasin™) est en cours d’évaluation pour un traitement extrêmement prometteur des cancers (il présenterait une efficacité équivalente aux chimiothérapies mais sans le moindre effet secondaire) (22).

►13) Vous écrivez que « les aliments à base de soja consommés en Asie et en Europe sont différents. Les Asiatiques mangent essentiellement du tofu (jus de soja caillé), du miso ou du natto, alors que les Européens préfèrent, selon les pays, les produits céréaliers, les substituts de viande ou encore comme en France, le lait (tonyu) ou les desserts à base de soja ».

  1. Les termes « lait de soja » et « le tonyu » ou « jus de soja » désignent exactement le même aliment. Donc, opposer la consommation de tofu des Asiatiques et la consommation de « lait » de soja des Français ne semble pas pertinent puisque précisément le tofu n’est autre que du tonyu caillé, de surcroît plus concentré en isoflavones comme l’indiquent…vos propres mesures ! Ce qui ne vous empêche pas par ailleurs d’affirmer « qu’un Français particulièrement friand de produits à base de soja en avale davantage que la moyenne des Asiatiques » (je serais là aussi très curieux de connaître vos sources)
  2. Les Européens consomment également du miso, du natto et du tofu (vous avez testé du tofu commercialisé en France, j’en déduis qu’il doit y avoir quelques amateurs français pour ce genre produit) et il suffit de vous rendre dans des magasins bio pour vous rendre compte de la diversité de l’offre pour l’ensemble de ces produits ;
  3. Les « substituts de viande » ne sont autres que des steaks de tofu aromatisé et donc ne diffèrent guère fondamentalement du tofu des Asiatiques : prenez donc la peine de lire l’étiquette des produits que vous avez vous-même testés  à savoir les « steaks » de soja Croque Tofu© Curry et Pavot (idem Gerblé©) qui contiennent essentiellement du tofu, comme leur nom le suggère assez fortement me semble-t-il : Ingrédients : tofu frais 65%, etc.
  4. Vous ne vous êtes visiblement pas aperçue que sur les 8 aliments à base de soja testés par Que Choisir, 3 sont fermentés (« yaourt » et « crème fraîche » Sojasun©, « yaourt » Senja©) et ce avec les mêmes ferments que pour le natto et le miso (Lactobacillus sp.), un autre n’est que du tofu (Bjorg©), 2 autres sont à base de tofu (steaks Gerblé© et Soy©), soit 75% de produits directement équivalents à ceux consommés selon vos dires, par les Asiatiques !
  5. Si l’on considère les desserts qui ne sont rien d’autre que du « jus de soja », ingrédient servant à fabriquer le tofu des Asiatiques, gélifié avec des extraits d’algues (par ailleurs très consommées par les Asiatiques…), cela porte l’équivalence à 100% !

 

Comment pouvez-vous donc affirmer que les formes alimentaires de soja consommées par les Asiatiques différent significativement de celles des Occidentaux et modifient de ce fait les effets oestrogéniques ? Je n’ai rien trouvé dans la littérature à ce sujet, si ce n’est des études qui indiquent une meilleure absorption des formes actives des isoflavones (aglycones) (23) accumulées…dans le lait de vache !

►14) D’après vos analyses, le tofu, forme de soja consommée préférentiellement par les Asiatiques, apporte 57,6 mg d’isoflavones/100g, tandis que le « lait » de soja (Bjorg©) et les desserts (Bjorg© également), consommés selon vous préférentiellement par les Français, en apportent respectivement 18,88 mg/100g, soit 3 fois moins, et 6,96 mg/100g, soit 8 fois moins : comment expliquez-vous alors que les Français amateurs de soja « avalent » davantage d’isoflavones que les Asiatiques ? D’ailleurs, vous écrivez que les tofus contiennent de grandes quantités d’isoflavones (« on passe à la vitesse supérieure avec les tofus ») et comme, je vous cite à nouveau, « les Asiatiques mangent essentiellement du tofu », comment expliquez-vous alors « qu’un Français particulièrement friand de produits à base de soja en avale davantage (d’isoflavones) que la moyenne des Asiatiques » ?

J’ajoute que votre assertion selon laquelle un Français amateur de soja « avale » davantage d’isoflavones est fortement contredite par C. Bennetau pour qui, au contraire, les Occidentaux en général « avalent » moins d’isoflavones que les Asiatiques, je cite : « « Le contenu en isoflavones des aliments à bases de soja, mais de style occidental, est considérablement plus faible » (Rapport C. Bennetau remis au CSHPF, Les Phyto-oestrogènes, 1996, page 47).

►15) Vous écrivez que « des scientifiques n’excluent pas que le métabolisme des ces populations (asiatiques) se soit, au fil des siècles, adapté à cette situation (consommation d’isoflavones) ». Pouvez-vous me citer au moins deux scientifiques qui adhèrent à cette hypothèse ? Sachez qu’elle est totalement battue en brèche notamment par l’étude « Okinawa » qui attribue essentiellement au soja la longévité et la bonne santé des habitants et exclut le facteur génétique.

Je rapporte les propos d’un des auteurs de l’étude (Dr Bradley Willcox) : « Une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie peuvent faire d’un individu qui n’a pas forcément les meilleurs gènes un centenaire ». Par ailleurs, C. Bennetau, à ma connaissance seule tenante de cette hypothèse (« Il se peut fort bien que dans les populations asiatiques se soit produite une sélection », in Que Choisir, avril 2000), a terminé très récemment une étude pour tenter de mettre en évidence le facteur génétique, ce en quoi elle a, sans surprise (24), totalement échoué. Dans votre article d’octobre 2006, vous appelez avec C. Bennetau à ce que « des études plus poussées » soient menées pour évaluer les effets du soja. Or, lorsque ces études sont réalisées, vous ne le prenez pas en compte : dès lors, à quoi bon émettre de telles doléances ?

►16) Vous attribuez la plus faible mortalité des femmes asiatiques à une introduction plus récente de la pilule contraceptive en Asie qu’en Occident. Or, précisément, ce type de contraception ne constitue pas un facteur de risque au moins en ce qui concerne le cancer du sein comme l’indique l’étude (Marchbanks et al., NEJM 346:2025-2032, Jun 27, 2002) publiée en 2002 dans le New England Journal of Medicine, la plus importante revue médicale nord-américaine, ce qui rend cette thèse peu crédible. Par ailleurs, cette étude été également citée dans La Recherche (« La pilule innocentée »), aussi je suis très étonné que ni vous, ni C. Bennetau, ni M. Gerber ne l’aient relevée et continuent à propager cette idée fausse.

D’autre part, la pilule contraceptive protège contre les cancers ovariens : par conséquent, on devrait observer un taux plus faible chez les Occidentales, ce qui n’est pas le cas.

Ceci s’explique surtout par :

  1. un effet protecteur du soja, consommé par les Asiatiques, contre ce type de cancer (entre autres !) (25) ;
  2. un possible effet inducteur du galactose contenu dans les produits laitiers, davantage consommés par les Occidentales (26).

La littérature scientifique (limitée ici à quelques études…) réfute sans ambiguïté votre hypothèse : sur quoi vous êtes-vous appuyée ?

Enfin, si les « amateurs de soja souvent ont du mal à admettre les effets néfastes du soja », c’est peut-être tout simplement parce qu’ils n’en constatent pas et qui est mieux placé qu’un amateur de soja pour constater ses hypothétiques effets néfastes ? A ce sujet, les fumeurs que je connais n’éprouvent pas, hélas pour eux, de difficulté à mesurer au quotidien les effets néfastes du tabac, et ce bien avant la survenue de l’accident fatal.

D’autre part, on ne peut exclure à la consultation de revues scientifiques et médicales sérieuses l’hypothèse selon laquelle ces « effets néfastes » n’existent peut-être pas ailleurs que dans Que Choisir, car les études scientifiques mettent précisément en évidence un meilleur état de santé général des consommateurs de soja occidentaux (27).

Autre contradiction relevée lorsque vous écrivez que « les nourrisson asiatiques reçoivent des préparations à base de lait de vache », à l’instar donc des nourrissons occidentaux (> 97% selon vos dires) or, un peu plus loin, on peut lire que « les habitudes alimentaire (entre Occidentaux et Asiatiques)  (…) sont très éloignées ». Au demeurant, entre autres études, celle publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition en 1998(8) réfute totalement l’idée selon laquelle les nourrissons asiatiques sont nourris avec des préparations à base de lait de vache et indique au contraire une large prévalence du soja.

Enfin, vous indiquez pour réfuter les effets protecteurs du soja que « Le profil hormonal des femmes (asiatiques et occidentales) n’a rien à voir » en raison d’une utilisation plus ancienne et plus généralisée de la pilule contraceptive chez les Occidentales, à l’inverse des Asiatiques. Mais cette thèse est également réfutée par le fait que les effets protecteurs du soja s’observent de la même façon chez les individus de sexe masculin (28) qui n’utilisent portant pas ce type de contraception. Ainsi, le taux de cancers prostatique et jusqu’à 10 fois moins élevé chez les Asiatiques que chez les Occidentaux (29).

►17) Vous indiquez que vous allez saisir la DGCCRF au sujet des préparations pour nourrissons à base de soja (PPS). Or, je vous rappelle que la DGCCRF a déjà saisi l’Afssa qui dans son rapport (2005) indiquait que « chez les nourrissons nourris avec des préparations (laits infantiles) pour nourrissons à base de soja (PPS), il n’a pas été observé jusqu’à présent de troubles particuliers. ». J’attire votre attention sur le fait que, comme son nom l’indique, la DGCCRF a vocation à réprimer les fraudes. Or, les PPS sont parfaitement légales et conformes en tous points aux législations française et européenne en vigueur.

Je suis d’ailleurs très surpris lorsque M. Gerber déclare dans votre revue (octobre 2006) qu’ « une seule étude, aux Etats-Unis, a tenté de cerner les éventuels effets d’une alimentation au lait de soja dans l’enfance ». Pourtant, en consultant la même base de données que celle utilisée par l’Afssa, on obtient pas moins de 1327 études aux mots clé « soy OR soybean OR isoflavones OR phyto-oestrogens AND infant », parmi lesquelles deux études très représentatives (30 ;15) qui furent publiées respectivement 3 et 4 ans avant le rapport de l’Afssa.

En ce qui me concerne, je ne parviens pas à comprendre comment ces deux études, publiées dans des revues aussi incontournables que le Journal of American Medical Association et le Journal of Nutrition, sans compter le supplément spécialement publié sur le sujet en décembre 1998 par l’American Journal of Clinical Nutrition, véritable institution en la matière, ont pu échapper à la vingtaine de membres de l’Afssa alors qu’elles étaient disponibles depuis plusieurs années dans la banque de données utilisée par l’Afssa.

Quoiqu’il en soit, espérez-vous une nouvelle saisine de l’Afssa qui conclurait « bien que depuis 2005, de nouvelles études (30) et 14 experts américains indépendants réunis par le National Toxicology Program (31) confirment l’innocuité du soja chez les nourrissons, nous allons néanmoins interdire les PPS, et ce à l’encontre des nombreuses données scientifiques disponibles, simplement afin de donner suite à une campagne de presse » ?

►18) L’Afssa pourra même ajouter « bien que le lait de vache provoque chez les nourrissons :

  1. des lésions de l’ADN potentiellement cancérogènes (32 ; 33) ;
  2. le diabète de type 1 (34) ;
  3. l’hématémèse (35) ;
  4. l’asthme (36) ;
  5. l’obésité (due notamment à la présence de leptine dans le lait de vache (mais pas dans le soja…), une véritable hormone qui n’a pas l’air de beaucoup vous émouvoir, également mise en cause dans le survenue des pubertés précoces : intéressant lorsque l’on sait que vous accusiez précisément le soja de tels effets en avril 2000) (37) ;
  6. des allergies (premier allergène alimentaire chez les nourrissons) ;
  7. des intolérances au lactose,

 

et soit très vraisemblablement impliqué dans :

  1. la mort subite du nourrisson (implication de la bêta-lactoglobuline du lait de vache, une protéine totalement absente du lait humain…et du soja) (38) ;
  2. la sclérose en plaque (39) ;
  3. la transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (40) (ce qui au passage pourrait expliquer l’énigme de la contamination des animaux dits « naïfs »…) ;
  4. les pertes sanguines intestinales (41) ;
  5. la maladie de Crohn (42) (une « rumeur » colportée par le Lancet…) ;
  6. etc.

 

et contienne des phyto-oestrogènes (équols) plus actifs que dans le soja (isoflavones glycosylées), nous allons continuer « à nous asseoir dessus ».
NB : ces pathologies disparaissent en général après éviction des PLV par des PPS.

Bien entendu, vous avez parfaitement le droit de contester la validité de ces travaux, bien qu’issus de la même base de données de l’Afssa. Dans ce cas, je vous invite à adresser directement vos objections aux auteurs et/ou aux revues scientifiques et médicales cités à cet égard, en prenant bien soin de mentionner, comme c’est l’usage, les biais méthodologiques que vous aurez décelés, condition nécessaire pour que vos objections soient prises en compte. Dans le cas contraire, ne pensez-vous pas qu’il y ait là, sur la base de vos propres objections faites au soja, matière à « un droit d’inventaire », voire un « bannissement » du lait de vache ?

►19) Vous ironisez sur le slogan publicitaire de Sojasun© « si c’est du soja, vous avez le droit » qui, au demeurant, n’a rien de mensonger, le soja n’étant pas inscrit à ce jour sur la liste des produits stupéfiants. En revanche, l’industrie laitière ne se prive pas de communiquer sur les très hypothétiques effets santé de ses produits : Nestlé vante ses yaourts qui font maigrir alors que de leur côté, les études scientifiques indiquent au contraire un effet obésigène (43), y compris pour les produits laitiers à 0 % de MG. Pourquoi une association de consommateurs comme la vôtre ne dénonce-t-elle pas avec force cette publicité mensongère ?

►20) Pourquoi ne faites-vous pas appel lors de vos interviews à des scientifiques ayant étudié le soja chez l’homme et/ou à des toxicologues ? M. Gerber n’a jamais étudié le soja, ni chez l’homme, ni chez l’animal. V. Coxam a étudié essentiellement les effets du soja chez le rat et n’a jamais mis en évidence le moindre effet secondaire. La seule étude conduite chez l’homme indique une variabilité dans la production d’équol chez l’homme : y a-t-il là motif à susciter une inquiétude particulière ?

C. Bennetau de son côté a participé (elle ne les a pas conduites) seulement deux études chez l’homme (avec Danone, citée précédemment, et V. Coxam, soit deux études en tout et pour tout à elles deux réunies, et ce sur l’ensemble de leur carrière !) dont une qui conclut que le soja augmente la population intestinale en bactéries symbiotiques (Lactobacillus sp.) (14), soit effet bénéfique ! (appelé « prébiotique » et observé avec la plupart des aliments d’origine végétale au demeurant). Là encore, j’y vois pour ma part plutôt une incitation à consommer du soja, vous reconnaissez d’ailleurs vous-même les effets bénéfiques des Lactobacilles. Aussi, sur la base des études menées chez l’homme par les personnes que vous interviewez, considérez-vous qu’il y ait réellement matière à vouer le soja aux gémonies ?

►21) Vous écrivez que « plusieurs travaux scientifiques suggèrent que les isoflavones pourraient affecter l’immunité ». Pourtant, après consultation des données disponibles on constate qu’elles indiquent un renforcement du système immunitaire par le soja (44), au même titre que l’ensemble des fruits et légumes (45 ;46), inutile donc de vitupérer à nouveau contre le supposé « lobby du soja ». Néanmoins, pouvez-vous me communiquer au moins une référence correspondant à « plusieurs travaux » ?

►22) Je suis également très surpris de constater qu’à aucun moment, ni en avril 2000, ni en octobre 2006, vous ne rappeliez que le soja compte parmi les rares sources d’acide gras essentiels oméga-3, et pas davantage que :

- le statut en oméga-3 de la population française, et ses conséquences sanitaires, sont des plus préoccupants puisque l’on consomme 0,5 à 0,7 grammes par jour pour 2 à 3 grammes requis ;
– les sources alimentaires d’oméga-3 se comptent littéralement sur les doigts d’une main (huile de colza, soja, noix, mâche,…) ;
– l’importance fondamentale des oméga-3 dans la prévention de la maladie d’Alzheimer, de certains cancers et surtout des maladies cardio-vasculaires, comme l’ont si brillamment démontré Serge Renaud et Michel de Lorgeril, les « inventeurs » du régime crétois.

Dès lors, comment expliquez-vous que le terme « d’oméga-3 » ne soit même pas mentionné une seule fois dans deux articles consacrés au soja compte tenu de l’importance fondamentale de ces acides gras ? Plus étonnant encore, dans un autre n° de Que Choisir (mars 2002), vous reprochez cette fois-ci au soja de contenir « trop d’acides gras insaturés » (page 31). De toute ma carrière de scientifique, jamais je n’avais entendu une telle objection, surtout pour une source d’oméga 3 ! Par curiosité, demandez à Serge Renaud s’il pense que le soja contient « trop d’insaturés »… Cette objection est d’autant plus singulière que vous vantez dans ce même n° les mérites l’huile de colza, (ô combien justifiés en l’occurrence) pourtant infiniment plus riche en AG insaturés que le dessert au soja testé.

A ce sujet, j’ai en mémoire la violente campagne de presse menée par vos confrères de 50 Millions de Consommateurs à l’époque qui réclamait, et obtient, la tête de l’huile de colza au prétexte qu’elle était dangereuse pour le cœur et ce sur la base d’expérience réalisées chez le rat chez lequel elle provoque des lésions cardiaques (au même titre que l’huile de maïs, de tournesol, etc. : petit détail « oublié » à l’époque par les détracteurs du colza…) et ce bien qu’aucune étude n’ait démontré à l’époque le moindre danger chez l’Homme et, cela va sans dire, également par la suite.

Vos confrères ont désormais bonne mine lorsque l’on sait qu’aux Etats-Unis cette huile peut officiellement revendiquer ses effets protecteurs…contre les maladies cardio-vasculaires ! Cette campagne anti-colza aboutit à une surconsommation d’huile de tournesol en France, absolument désastreuse en termes sanitaires (augmentation du risque cardio-vasculaire, Alzheimer, cancer, etc.). Reste que cette lamentable affaire n’empêche pas votre confrère de vous emboîter le pas et de réclamer désormais, toujours aussi péremptoire, la tête du soja…

Dans ce même n° de mars 2002, je constate que les produits laitiers échappent miraculeusement à une évaluation de leurs teneurs en Acides Gras trans au prétexte, pour le moins inattendu, que vous ignorez si les acides gras trans naturels ont des effets similaires aux AG trans industriels, il fallait y penser ! A ce sujet, questionnez n’importe quel lipochimiste, il vous confirmera que l’acide élaïdique (AG trans du lait…ou des huiles hydrogénées) est tout aussi athérogène que ses homologues industriels.

►23) Outre le lait de vache, la viande et l’eau déjà cités, les cosmétiques pour bébés (à l’exception des cosmétiques bio) constituent  également une fenêtre d’exposition aux oestrogènes de synthèse (parabènes, cyclosiloxanes, etc.) (47) dont l’implication dans la survenue de cancers hormono-dépendants fait l’objet de fortes suspicions (48) et qui, en tout état de cause, sont autrement plus puissants que les isoflavones. A ce sujet, il n’est jamais rappelé dans vos articles que lors d’exposition à des oestrogènes forts, les PO peuvent atténuer leurs effets (effet anti-oestrogénique), ce qui explique notamment leurs effets anti-cancérogènes.

Sachant que par ailleurs la diffusion de ces oestrogènes de synthèse par contact dermique est plus importante que par voie digestive, que cette exposition concerne la quasi-totalité des nourrissons (à l’exception des rares bébés qui bénéficient des soins corporels bio), pourquoi ces risques, pourtant dûment documentés, ne sont jamais mentionnés dans vos articles ? De son côté, l’ONG Greenpeace par exemple y consacre un guide complet (guide Cosmetox) : pourquoi une telle différence d’appréciation ?

►24) En avril 2000, vous écriviez « les nourrissons ne devraient pas être nourris au lait de soja ». En octobre 2006, le conditionnel disparaît et la sentence tombe sans appel : « pas de soja chez les nourrissons ». On peut donc logiquement supposer qu’entre temps des études mettant en évidence la dangerosité du soja sont apparues, contredisant au passage celles déjà disponibles en avril 2000.

Or, en fait, les plus grandes revues scientifiques, dont des revues aussi prestigieuses que le Journal of Nutrition (49) et le Journal of American Medical Association (15), ont publié de nouvelles études confirmant la totale innocuité du soja chez les nourrissons, y compris à long terme, ce qu’admettait d’ailleurs clairement l’Afssa en 2005 (« chez les nourrissons nourris avec des préparations (laits infantiles) pour nourrissons à base de soja (PPS), il n’a pas été observé jusqu’à présent de troubles particuliers. »). De plus, je crois pouvoir avancer que si la moindre étude avait suggéré un quelconque effet délétère chez l’homme, vous n’auriez pas manqué de la mentionner dans votre article.

Aussi, comment expliquez-vous que la production de nouvelles études concordantes quant à l’innocuité des PPS chez les nourrissons vous conduise paradoxalement à surenchérir dans  vos mises en garde contre le soja ?

Par ailleurs, vous critiquez vivement le commerce équitable (« Max Havelaar® : une marque qui veut se faire label », Que Choisir n° 436, avril 2006.), mais ne trouvez rien à redire au fait que Nestlé ait recours à l’esclavage des enfants dans ses plantations de cacao en Côte d’Ivoire (sources : ONG Global Exchange et Esclavage Encore, « le goût amer du chocolat ») : le commerce équitable, même critiquable, n’est-il pas à tout prendre préférable à l’esclavage ? Et une nouvelle fois, pourquoi une telle indulgence vis-à-vis de Nestlé ?

Beaucoup moins indulgente que vous, la fondation britannique Breakthrough Breast Cancer qui finance des travaux de recherches sur le cancer a refusé une subvention de Nestlé au motif que « Nestlé met en danger la vie des mères et des enfants en bas âge en encourageant la vente de lait pour bébé en poudre dans les pays en voie de développement » (50).

De plus, vos articles figurent en bonne place sur le site Internet (51) des fabricants de pesticides et d’OGM (UIPP) qui se délecte de vos diatribes contre l’agriculture biologique dont le marché et les produits sont selon vous respectivement « gangrené par la fraude » et « parfaitement déséquilibrés tout en arborant le logo AB » : je n’ose vous demander ce que vous pensez du soja bio issu du commerce équitable (52).

►25) Pour conclure, j’éprouve la plus grande perplexité en constatant qu’un des membres de l’UFC, Robert Bréont, participeès qualités, aux côtés de Silvy Auboiron (Danone), Léon Guéguen (INRA, Jouy-en-Josas) et membre du comité scientifique (sic) de Candia, Olivier Picot (Maison du lait), à une conférence destinée à promouvoir les produits laitiers (8 et 9 juin 2006, Les 8èmes entretiens de nutrition, Débat : « les produits laitiers au cœur d’une polémique ? ») organisée par l’IFN, fondation financée par l’industrie laitière (Danone, Nestlé, fromageries Bel, Unilever, Kraft, Centre interprofessionnel de documentation et d’information laitières). L’UFC est-elle bien dans son rôle en participant à de telles opérations promotionnelles ?

Restant à votre disposition pour toutes informations complémentaires et dans l’attente de vous lire, veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées.

Hervé Berbille

 

Références :

(1) Cramer DW et al. Galactose consumption and metabolism in relation to the risk of ovarian cancer. Lancet. 1989 Jul 8;2(8654):66-71.
(2) Larsson SC et al. Milk and lactose intakes and ovarian cancer risk in the Swedish Mammography Cohort. American Journal of Clinical Nutrition. 2004 Nov;80(5):1353-7.)
(3) Kesse E, Bertrais S, Astorg P, Jaouen A, Arnault N, Galan P, Hercberg S. Dairy products, calcium and phosphorus intake, and the risk of prostate cancer: results of the French prospective SU.VI.MAX (Supplementation en Vitamines et Mineraux Antioxydants) study. Br J Nutr. 2006 Mar;95(3):539-45.
(4) Sonoda T et al. A case-control study of diet and prostate cancer in Japan: possible protective effect of traditional Japanese diet. Cancer Sci. 2004 Mar;95(3):238-42.)
(5) Park M et al. Consumption of milk and calcium in midlife and the future risk of Parkinson disease. Neurology. 2005 Mar 22;64(6):1047-51.
(6) Chade AR et al. Nongenetic causes of Parkinson’s disease. J Neural Transm Suppl. 2006;(70):147-51.
(7) Cerundolo R et al. Identification and concentration of soy phytoestrogens in commercial dog foods. Am J Vet Res. 2004 May;65(5):592-6.).
(8) Quak SH, Tan SP. Use of soy-protein formulas and soyfood for feeding infants and children in Asia. Am J Clin Nutr. 1998 Dec;68(6 Suppl):1444S-1446S.
(9)  Messina M. Modern applications for an ancient bean: soybeans and the prevention and treatment of chronic disease. J Nutr. 1995 Mar;125(3 Suppl):567S-569S.
(10) Probst-Hensch et al. (2003). Determinants of Circulating Insulin-like Growth Factor I and Insulin-like Growth Factor Binding Protein 3 Concentrations in a Cohort of Singapore Men and Women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 12: 739-746.
(11) Setchell KD et al. Exposure of infants to phyto-oestrogens from soy-based infant formula. Lancet. 1997 Jul 5;350(9070):23-7.
(12) Huggett AC et al. Phyto-oestrogens in soy-based infant formula.
Lancet. 1997 Sep 13;350(9080):815-6. 
(13) Slavin JL. Phytoestrogens in breast milk–another advantage of breast-feeding? Clin Chem. 1996 Jun;42(6 Pt 1):841-2.
(14) Isoflavones and Functional Foods Alter the Dominant Intestinal Microbiota in Postmenopausal Women.
Thomas Clavel*,, Matteo Fallani*, Patricia Lepage*, Florence Levenez*, Jacinthe Mathey**, Violaine Rochet*, Michèle Sérézat*, Malène Sutren*, Gemma Henderson, Catherine Bennetau-Pelissero, Françoise Tondu, Michael Blaut, Joël Doré*,2 and Véronique Coxam**
* Institut National de la Recherche Agronomique, Unité d’Ecologie et de Physiologie du Système Digestif, Jouy-en-Josas, France;  German Institute of Human Nutrition Potsdam-Rehbruecke, Department of Gastrointestinal Microbiology, Nuthetal, Germany; ** Groupe Ostéoporose, U3M, INRA Theix, Saint Genès-Champanelle, France;  Unité Micronutriments, Reproduction, Santé, ENITA de Bordeaux, Gradignan, France; and  Danone Vitapole, Nutrition and Health Research, Palaiseau, France
(15) Strom BL et al. Exposure to soy-based formula in infancy and endocrinological and reproductive outcomes in young adulthood. JAMA. 2001 Aug 15;286(7):807-14.
(16) Mitchell JH et al, Effect of a phytoestrogen food supplement on reproductive health in normal males, Clin Sc 2001;100:613-618.
(17) Australia New Zealand Food Authority, Phytoestrogens – an assessment of the potential risks to infants associated with exposure to soy-based infant formula, March 1999.
(18) Kurzer MS, Hormonal effects of soy in premenopausal women and men, J Nutr 2002;132:570S-573S.
(19) Larissa Korde, National Cancer Institute, Frontiers in Cancer Prevention Research.
(20) Coxam V. Prevention of osteopaenia by phyto-oestrogens: animal studies. Br J Nutr. 2003 Jun;89 Suppl 1:S75-85.
(21) Vissac-Sabatier C, Coxam V, Dechelotte P, Picherit C, Horcajada MN, Davicco MJ, Lebecque P, Bignon YJ, Bernard-Gallon D. Phytoestrogen-rich diets modulate expression of Brca1 and Brca2 tumor suppressor genes in mammary glands of female Wistar rats. Cancer Res. 2003 Oct 15;63(20):6607-12.
(22) de Lumen BO. Lunasin: a cancer-preventive soy peptide. Nutr Rev. 2005 Jan;63(1):16-21.
(23) Kano M et al. Bioavailability of isoflavones after ingestion of soy beverages in healthy adults. J Nutr. 2006 Sep;136(9):2291-6.
(24) des études épidémiologiques déjà anciennes montrent que les Asiatiques ayant émigré aux Etats-Unis présentent une mortalité équivalente à l’ensemble des Américains dès qu’ils adoptent leur régime alimentaire. D’autre part, une étude attribue l’augmentation des cancers du sein et ovarien au Japon à l’occidentalisation du régime traditionnel japonais, qui s’est traduite par une éviction du soja au profit des produits laitiers (Kato I et al. Relationship between westernization of dietary habits and mortality from breast and ovarian cancers in Japan. Jpn J Cancer Res. 1987 Apr;78(4):349-57. ).
(25) Zhang M et al. Soy and isoflavone intake are associated with reduced risk of ovarian cancer in southeast china. Nutr Cancer. 2004;49(2):125-30.
(26) Fairfield KM et al. A prospective study of dietary lactose and ovarian cancer. Int J Cancer. 2004 Jun 10;110(2):271-7.
(27) Resnicow K et al. Diet and serum lipids in vegan vegetarians: a model for risk reduction. J Am Diet Assoc. 1991 Apr;91(4):447-53).
(28) Ho SY et al. Soy consumption and mortality in Hong Kong: proxy-reported case-control study of all older adult deaths in 1998. Prev Med. 2006 Jul;43(1):20-6.
(29) Fournier DB, Erdman JW, Gordon GB, Soy, Its Components, and Cancer Prevention: A review of the in vitro, animal, and human data, Cancer Epidemiol, Biomarkers & Prev 1998;7:1055-65.
(30) Klemola T et al. Feeding a soy formula to children with cow’s milk allergy: the development of immunoglobulin E-mediated allergy to soy and peanuts. Pediatr Allergy Immunol. 2005 Dec;16(8):641-6.
(31) Rozman KK, Bhatia J, Calafat AM, Chambers C, Culty M, Etzel RA, Flaws JA, Hansen DK, Hoyer PB, Jeffery EH, Kesner JS, Marty S, Thomas JA, Umbach D. NTP-CERHR Expert Panel Report on the reproductive and developmental toxicity of soy formula. Birth Defects Res B Dev Reprod Toxicol. 2006 Sep 22;77(4):280-397.
(32) Dundaroz R et al. Analysis of DNA damage using the comet assay in infants fed cow’s milk. Biol Neonate. 2003;84(2):135-41.
(33) Dundaroz R et al. Preliminary study on DNA damage in non breast-fed infants. Pediatr Int. 2002 Apr;44(2):127-30.
(34) Birgisdottir BE et al. Variation in consumption of cow milk proteins and lower incidence of Type 1 diabetes in Iceland vs the other 4 Nordic countries. Diabetes Nutr Metab. 2002 Aug;15(4):240-5.
(35) Aanpreung P et al. Hematemesis in infants induced by cow milk allergy. Asian Pac J Allergy Immunol. 2003 Dec;21(4):211-6.
(36) Host A. Frequency of cow’s milk allergy in childhood. Ann Allergy Asthma Immunol. 2002 Dec;89(6 Suppl 1):33-7.
(37) Liefers SC et al. Leptin concentrations in relation to energy balance, milk yield, intake, live weight, and estrus in dairy cows. J Dairy Sci. 2003 Mar;86(3):799-807.
(38) Turner KJ et al. RAST studies : IgE antibodies to Dermatogoides pteronyssinus (house dust mite), Aspergillus fumigatus and beta-lactoglobulin in sudden death in infancy syndrome (SDIS). Dev Biol Stand. 1975;29:208-16.
(39) Sepcic J et al.  Nutritional factors and multiple sclerosis in Gorski Kotar, Croatia.
Neuroepidemiology. 1993;12(4):234-40.
(40) Broxmeyer L. et al. Thinking the unthinkable: Alzheimer’s, Creutzfeldt-Jakob and Mad Cow disease: the age-related reemergence of virulent, foodborne, bovine tuberculosis or losing your mind for the sake of a shake or burger. Med Hypotheses. 2005;64(4):699-705.
(41) Ziegler EE et al. Cow’s milk and intestinal blood loss in late infancy. J Pediatr. 1999 Dec;135(6):720-6.
(42) Greenstein RJ. Is Crohn’s disease caused by a mycobacterium? Comparisons with leprosy, tuberculosis, and Johne’s disease. Lancet Infect Dis. 2003 Aug;3(8):507-14.
(43) Berkey CS et al. Milk, dairy fat, dietary calcium, and weight gain: a longitudinal study of adolescents. Arch Pediatr Adolesc Med. 2005 Jun;159(6):543-50.
(44) Ryan-Borchers TA et al. Soy isoflavones modulate immune function in healthy postmenopausal women. Am J Clin Nutr. 2006 May;83(5):1118-25.
(45) Journal of Nutrition (Vol. 136, pp. 2606-2610).
(46) Public Health Nutrition, 2003, Vol. 6, pp. 453-461.
(47) Harvey PW et al. Regulation of endocrine-disrupting chemicals: critical overview and deficiencies in toxicology and risk assessment for human health. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2006 Mar;20(1):145-65.
(48) Darbre PD et al. Environmental oestrogens, cosmetics and breast cancer. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2006 Mar;20(1):121-43.
(49) Mendez MA et al. Soy-based formulae and infant growth and development. J Nutr. 2002 Aug;132(8):2127-30.
(50) The Guardian, 6 mai 2004.
(51) www.uipp.org/actualite/presse060602.php. L’UIPP qui regroupe entre autres amis de l’environnement Monsanto, Bayer, BASF, etc.
(52) De tels partenariats sont mis en place en France par la société Nutrition & Soja (marque SOY©) avec les paysans du Sud-Ouest en achetant le soja bio à un prix supérieur à celui du marché ou bien encore Biocoop avec la Corab (logo « ensemble pour plus de sens »).

Ostéoporose : du neuf pas vraiment nouveau

Vendredi, juin 19th, 2009

La médecine officielle découvre petit à petit et par ses méthodes préférées – l’expérimentation sur l’animal – ce que les végétariens savent déjà depuis longtemps : le meilleur moyen de combattre l’installation de l’ostéoporose est de suivre un régime végétarien. Le Quotidien du Médecin du 23 septembre 1999 titre ainsi sur une pleine page : " Ostéoporose : les oignons et d’autres végétaux auraient un puissant effet protecteur ".

Passons sur l’évidente contradiction entre l’hypothétique ("auraient") et le catégorique ("puissant") : le conditionnel pourrait s’employer pour un effet faible qui demanderait encore confirmation, alors qu’un effet qui apparaît puissant n’est pas douteux et demande par conséquent le présent…

Quoi qu’il en soit, l’article fait référence à la revue anglaise Nature de la même date, où sont rapportées des expériences décrivant l’influence de certains végétaux sur le métabolisme osseux des rats. Inutile de préciser ce que sont devenus les rats dont se sont servis les chercheurs pour enfoncer des portes ouvertes. Mais, bon, cela ne doit pas nous empêcher d’écouter ce qu’ils ont à dire.

Que dit l’article du Quotidien ? Tout d’abord que les oignons apparaissent en première ligne du combat contre l’ostéoporose : " Les résultats montrent, par exemple, que la consommation quotidienne de 1 g d’oignon déshydraté pendant quatre semaines accroît le contenu minéral osseux de 17,7 % ". Mais aussi que les oignons ne sont pas les seuls à avoir un effet protecteur : " Au total, ce sont quatorze végétaux habituellement mangés par les humains qui peuvent inhiber la résorption osseuse [c'est à dire la décalcification] ". Et qui plus est, que les effets s’ajoutent lorsque sont consommés des mélanges de ces végétaux (parmi lesquels, outre l’oignon, l’article du Quotidien cite deux variétés de persil, la laitue, la tomate, l’ail, le concombre, le fenouil) ; c’est important pour le statut des salades composées.

Tout aussi intéressante est la remarque suivante : " En revanche, on ne note pas d’inhibition de la résorption osseuse par les haricots ni par des produits d’origine animale. Même le lait en poudre n’a pas d’effet significatif, bien que contenant 1, 29 % de calcium ". Aïe ! Tant pis pour les haricots, il n’y a pas que ça dans une vie de végétarien ; mais tant pis surtout pour le mythe du lait, que l’on nous présente partout comme étant la panacée en matière d’apport calcique.

Bien sûr, ni le rédacteur de l’article ni les chercheurs de Nature ne se hasardent dans leur conclusion à évoquer le mot tabou de végétarisme ; ils attendent, disent-ils, une confirmation de leurs résultats sur les humains :

" S’il se produit la même chose chez les humains, alors le fait d’inclure ces végétaux dans l’alimentation quotidienne pourrait être un moyen efficace et peu cher de faire baisser l’incidence de l’ostéoporose ".

Pas possible ?! Faudra-t-il expérimenter sur le porc, le chien et le singe pour en être sûr ? C’est incroyable cette manie de passer systématiquement par l’animal pour se prouver ce que des études comparatives entre végétariens et non-végétariens ont déjà directement montré (voir par exemple le Cahier d’Alliance Végétarienne numéro 1, Végétarisme et questions de santé). Enfin, la morale de cette histoire, c’est qu’on finira bien par être obligé de les accepter, les bienfaits du végétarisme, et même dans le monde de la médecine expérimentale… !

André Mery

Le Grand Mythe du Calcium

Jeudi, juin 18th, 2009

Il y a plusiers mythes qui concernent le végétarisme, par exemple: celui de la protéine, du fer, et de la vitamine B12, pour en citer quelques-uns. Je crois que le mythe de la protéine devient lentement moins problématique bien que toujours d’actualité. Le mythe le plus important actuellement est celui du calcium. Il paraît que presque tous les experts en nutrition recommandent un régime contenant beaucoup de lait et de produits laitiers, souvent en de grandes quantités, pour assurer une bonne absorption de calcium. Beaucoup de gens croient qu’il faut consommer beaucoup de produits laitiers et qu’ils sont la meilleure défense contre l’ostéoporose, une maladie de perte de calcium ou d’autres minéraux alcalins du squelette qui résulte en des os fragiles. La plupart croit que cela arrive exclusivement s’il n’y a pas assez de calcium dans leur alimentation. Cette croyance est fausse.

Tout ceci est principalement le résultat de la propagande de l’industrie des produits laitiers qui depuis plusieurs décennies nous a "informé" comment les produits laitiers étaient bon pour notre santé. Beaucoup de gens tendent à croire que si un verre de lait quotidien est bon, il s’en suit par conséquent que 3 ou 4 verres n’en seront que meilleurs.

Dans cet article nous recherchons plus profondément dans le régime, quel est l’élément le plus important concernant l’ostéoporose, un problème très actuel, et plus spécifiquement pour les femmes.

L’ostéoporose n’est pas la cause d’un manque de calcium dans l’alimentation. Elle est causée plutôt  par un excès d’acide de l’alimentation qui fait que le corps se serve du calcium osseux. Il est vrai que les produits laitiers contiennent une grande quantité de calcium, mais aussi est-il évident que les gens qui en ingèrent une grande quantité souffrent également d’une plus forte ocurrence d’ostéoporose. Ce mythe du calcium a survecu à travers les ans grâce à une rationalisation quantitive et superficielle.

Des investigations récentes affirment que les populations qui ingèrent moins de calcium ont un squelette plus fort. Ceci peut s’expliquer par le fait que les populations mangeant  des aliments riches en calcium mangent aussi des aliments entraînant de l’acidité qui "vole" le calcium du corps. La consommation de beaucoup de calcium entraîne aussi plus de protéines, ce qui fait évacuer du calcium et d’autre minéraux alcalins du corps. Par exemple le fromage très riche en calcium est aussi très riche en protéines. Ces minéraux se perdent d’une ingestion de trop d’aliments acidifiant (ou, plus exactement, des aliments qui favorisent la création d’acide), et le manque du calcium a peu à voir (sauf dans les cas de dénutrition) avec l’ingestion réelle de calcium.

Une investigation mondiale sur l’alimentation révèle que dans les populations qui ingèrent une grande quantité de calcium par les produits laitiers, l’incidence de l’ostéoporose (aussi bien que de maintes autres maladies) est la plus élevée. Ni l’ingestion des produits laitiers ni les pilules supplémentaires n’empêchent l’ostéoporose. Le seul remède est simplement la prévention.

De nombreuses investigations autour du globe ont établi que l’ostéoporose a peu à voir avec l’ingestion du calcium, mais beaucoup avec celle des protéines. Le "British Medical Journal" a reporté que la consommation du calcium n’a aucun rapport avec la perte de la masse osseuse. L’American Journal of Clinical Nutrition (AJCN) a déclaré en 1970: "L’ostéporose est en fait une maladie qui est causée par un grand nombre de facteurs, le plus important étant l’excès de protéine."

Les végétariens souffrent moins de l’ostéoporose qu’en souffrent les omnivores. L’AJCN a publié l’étude la plus extensive de l’ostéoporose en 1983. Les investigateurs ont trouvé qu’à peu près à  l’âge de 65 ans, les végétariennes ont eu une perte de masse osseuse de 18% et les omnivores en ont eu 35%. Les chiffres pour les hommes étaient de 3% et 7%, respectivement. Les pourcentages s’expliquent par le fait que même si les végétariens mangent trop de protéines en général, ils n’en mangent pas autant que les omnivores, et en plus les protéines sont de meilleure qualité. Une étude à long terme montre qu’avec l’ingestion de seulement 75 grammes par jour de protéine, on perd plus de calcium dans l’urine que ce qui est absorbé de l’alimentation. Plusieurs études confirment que plus de protéines sont ingèrée, plus de calcium est perdu.

En Afrique, les Bantus ne consomment que 350 mg. de calcium par jour. Elles donne naissance à en moyenne 9 enfants chacune qu’elles allaitent pendant deux ans mais elles ne souffrent jamais d’une déficience de calcium.

Le squelette humain agit comme un récipient du calcium et d’autres minéraux alcalins. Le niveau pH sanguin (la mesure d’acidité ou d’alcalinité dans le sang) est vital et doit rester constant ou on mourrait. Le corps, d’autre part, vole les minéraux alcalins des os si on mange beaucoup d’aliments acidifiants. Les boissons gazeuses, les médicaments, le tabac, le sel, le sucre, le café, et le thé tous contribuent à l’ostéoporose. Faire des exercices physiques est aussi important dans la lutte contre l’ostéoporose.

Pour conclure: le lait de vache en son état naturel est un aliment parfait pour les veaux. Un excès de produits laitiers, spécialement sous la forme dénaturalisée en vente dans les supermarchés, peut être la genèse de beaucoup de problèmes de santé. Les problèmes du calcium s’évitent mieux en maintenant un régime qui soit bien équilibré entre l’alcalinité et l’acidité.

|

Cuisinez veg' Vegansfields Cuisine Pop